• L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

    Cette famille de facteurs d’orgue est originaire de Belgique, Ninove, Grammont, Menin, Courtrai et pour la France, Halluin.

     

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

     

    Pierre-Hubert Anneessens (1810-1888) fonde la maison en 1830 et travaille à Ninove jusqu'en 1885.

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une familleCharles Anneessens (1835-1903), son fils, s'installe à  son propre compte en 1862 et demeure également à Ninove. En 1865, il s’installe à Grammont. Il signe ses réalisations Anneessens-Torrekens, et après son second mariage, Anneessens-Meunier, et poursuit son activité jusqu'en 1903.

    Les tarifs douaniers français de l’époque frappent les orgues d’église d’un droit prohibitif. L’extension de la facture des grandes orgues et les nombreuses commandes qui sont faites tant en France qu’en Belgique et qu’à l’étranger l'ont amené à chercher un endroit près de la frontière française. Au départ, Charles Anneessens a opté pour la région de Chimay. Mais la commande de l’orgue de l’église Saint-Hilaire d’Halluin, une restauration majeure de l’orgue de l’église principale à Menin, ainsi que la connexion entre les deux gares, sont à l’origine du choix des deux emplacements finaux : un atelier à Menin et un atelier à Halluin.

     

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

     

    En 1891, l’atelier à Halluin est déjà en fonctionnement. En 1893, les deux ateliers fonctionnent à 100 %. Son épouse et ses trois filles gèrent les bureaux.

     

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

     

    Charles Anneessens avec ses trois fils (Paul, Oscar et Jules) répand le système tubulaire inventé par Prosper-Antoine Moitessier (1807-1867)(brevet déposé en 1866). Ce système actionne soupapes et registres par l'air comprimé qui circule dans des tubes de cuivre, de plomb, ou même de carton durci ; cet air gonfle un petit soufflet ou pousse un piston lorsque l'on enfonce une touche ou que l'on appelle des jeux. Heureusement ce système est tombé en désuétude pour revenir à un système beaucoup plus fiable, le système mécanique.

    En 1885, Charles Anneessens expose  à l’exposition mondiale à Anvers : un grand orgue de trois claviers et un pédalier à traction électrique. C’est le premier orgue à traction électrique en Belgique et le premier orgue à traction électrique dans une exposition mondiale !

    En ce qui concerne les trois fils de Charles Anneessens :

    Paul Anneessens se marie en 1896 et s’installe à Anvers (Antwerpen). Il abandonne la facture d'orgue en 1903, à la mort de son père.

    Oscar Anneessens se marie en 1899 et s’installe à Courtrai (Kortrijk). Il est tué lors d'un bombardement dans son atelier de Courtrai.

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une familleJules Anneessens (1876-1956) se marie en 1902 et s’installe d’abord à Halluin, puis à Menin, après la loi Combes (1905). Il signe ses réalisations J. Anneessens-Ruyssers et après son second mariage, Jules Anneessens-Tanghe, fournisseur Pontifical (Menin).

     

     

    Il a deux filles et six fils, dont notamment :

    •  Karel, qui devient prêtre-poète ;
    •  Michiel, verrier, céramiste, peintre et sculpteur ;
    •  Paul (1917-1976), fils aîné, dernier de la lignée des facteurs d'orgue ;
    •  Antoine, le cadet, qui a un fils Pierre.

    Ce dernier est le père d'Antoine, notre jeune organiste.

     

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

    Antoine avec ses parents, Laurence et Pierre

     

     

    Sources :

    Pierre Anneessens
    Association des Amis de l'Orgue de Saint-Hilaire d'Halluin

     

    L'orgue Anneessens de Petit-Enghien - Les Anneessens, une dynastie, une famille

     

     

    ANTOINE ANNEESSENS