• L'orgue de l'église Saint-Joseph d'Enghien-les-Bains

     

    L'orgue de l'église Saint-Joseph d'Enghien-les-Bains

     

    Je vous invite à consulter le site LES ORGUES DU VAL D'OISE qui présente magnifiquement cet instrument.

    Un peu d'histoire :

    En 1900, le chanoine Simonin, curé d’Enghien depuis 1896, fait une demande pour déplacer et installer au-dessus de l’entrée de l’église avec leur tribune, les grandes orgues de Merklein. (2) Cette demande est faite au maire de l’époque, car le concordat est toujours en vigueur, la loi de séparation de l’église et l’état n’étant pas encore signée (juillet 1905) et que la commune est propriétaire du bâtiment et de son contenu. …………. Extrait du courrier adressé par le chanoine Simonin. Le texte complet de la lettre comporte de 3 pages manuscrites (3)

    « Dimanche dernier, 1er Septembre (1901), a eu lieu, dans l’église saint Joseph d’ENGHIEN-les-LES BAINS, l’inauguration solennelle de l’orgue de tribune construit par la maison MERKLIN et Compagnie de PARIS. La cérémonie était présidée par M. l’abbé GENTY, vicaire général de Versailles. L’orgue d’Enghien possède 14 jeux répartis sur 2 claviers manuels, Grand Orgue et Récit, avec clavier de Pédale et Pédales de combinaisons. (…) M. le Curé (l’abbé SIMONIN), dont le zèle ne se ralentit jamais, n’avait rien négligé pour donner à cette cérémonie tout l’éclat possible (…) avec le concours de plusieurs artistes de marque (dont Henri DALLIER, organiste de saint Eustache à Paris). M. CARRE, maire d’Enghien, assistait à la cérémonie, entouré de la plupart des conseillers municipaux. » (1) C’est en ces termes que « la Semaine Religieuse du Diocèse de Versailles » a fait état de la première inauguration de notre orgue. Le programme de ce concert est conservé aujourd’hui sur le buffet de l’orgue En 1934, l’instrument, porté à 20 jeux par les établissements GUTSCHENRITTER, est à nouveau inauguré le 28 octobre par Georges IBOS, organiste de saint Honoré d’Eylau à Paris et Mademoiselle VALLET, organiste de la Paroisse. En 1963, le facteur ROETHINGER, effectue d’importantes modifications pour imposer une esthétique plus classique. La voix céleste, la gambe et le clairon disparaissent au profit d’une cymbale, d’un principal 4 et d’un Cromorne. Le pédalier devient indépendant par l’édification d’un sommier de 4 registres. L’instrument possède alors 24 jeux. A la suite des dégâts causés par la torride sécheresse estivale de 1976, l’imminence d’un relevage est inévitable. Rapidement alertés par Monsieur Pierre CRACOSKY, membre du conseil de gestion de la Paroisse, les pouvoirs publics étudient avec intérêts les divers projets qui leurs sont proposés. En accord avec l’organiste titulaire, le choix de la commission des orgues d’Ile de France retient le devis du facteur Adrien MACIET, à qui l’on doit notamment la remarquable harmonisation du grand Orgue de l’église de la Salpetrière à Paris. Le facteur propose de conserver toutes les parties classiques ajoutées en 1963 par les établissements ROETHINGER et de restituer dans la mesure du possible les jeux romantiques supprimés ou altérés. D’autre part le sommier de Récit sera reconstruit et l’agencement interne du buffet aménagé de façon logique. Enfin, la console sera restaurée, le pédalier remplacé, la façade décapée et le buffet redoré. En 1980, le Conseil Général du Val d’Oise et le Ministère de la Culture octroient à la municipalité d’Enghien–les–Bains, maître d’œuvre des travaux, une subvention représentant une part du coût de l’opération. La Paroisse quant à elle lance une souscription à laquelle répondront généreusement de nombreux mélomanes. En janvier 1982, le Grand Orgue, à bout de souffle est enfin promis à un avenir meilleur. Les travaux débutent en atelier par la construction du nouveau sommier de Récit et se poursuivent sur place après démontage complet de l’instrument. Ils s’achèvent par l’harmonisation de tous les jeux qui consiste à « modeler » chaque tuyau afin de lui donner couleur et équilibre, labeur fastidieux mais ô ! combien déterminant pour la beauté sonore de l’orgue. En ce domaine, Adrien MACIET est un expert réputé : l’orgue d’Enghien–les–Bains, malgré ses dimensions modestes, compte maintenant parmi les instruments de valeur du Département et permet à l’organiste d’interpréter une large part du répertoire de toutes les époques.

    (1) Renseignements aimablement fournis par le père Michel HY, archiviste de l’Evêché. (2) Renseignements tirés de « Enghien les Bains – nouvelle histoire » de Jean Paul Neu. (3) Lettre retrouvée dans les archives privées de la ville et publiée avec l’accord de monsieur le maire P. Sueur (4) Photos des vitraux de Ste Thérèse et du monuments aux soldats : extraites de la brochure « la Gloire de N.D. de lourdes chantée par les vitraux de l’église d’Enghien les Bains » (imprimé en juin 1925)

    Source : Site de la Paroisse Saint-Joseph d'Enghien-les-Bains.

     

    L'orgue de l'église Saint-Joseph d'Enghien-les-BainsL'orgue de l'église Saint-Joseph d'Enghien-les-Bains

     

    Profitez de l'instant pour admirer les vitraux de l'église Saint-Joseph d'Enghien-les-Bains.

     

     

     

     

     

     

    (Photo Alain Mengus - Photoenligne.free.fr)

      

    EN PREPARATION :

    L'ORGUE DU TEMPLE D'ENGHIEN-LES-BAINS
    L'ORGUE DE L'EGLISE SAINT-GRATIEN
    L'ORGUE DE LA COLLEGIALE SANT-MARTIN DE MONTMORENCY
    L'ORGUE DE CHOEUR DE LA COLLEGIALE SAINT-MARTIN DE MONTMORENCY
    L'ORGUE DE L'EGLISE SAINT-FRANCOIS DE SALLES DE MONTMORENCY