• L'orgue Paul Anneessens de l'église Saint-Martin d'Horrues

    L'orgue Paul Anneessens de l'église Saint-Martin d'Horrues

     

    L’orgue de l'église Saint Martin d’Horrues a été construit vers 1755 par François-Joseph Coppin.

    A la fin du XIXe siècle l’instrument est transformé par la firme Kerkhoff de Bruxelles qui en pneumatise la transmission. Ce facteur en assure l’entretien jusqu’en 1944, date à laquelle il relève sa composition :

    Bourdon 16’
    Montre 8’
    Bourdon 8’
    Flûte harmonique 8’
    Salicional 8’
    Voix céleste 8’
    Prestant 4’
    Flûte 4’
    Doublette 2’
    Fourniture II
    Trompette 8’
    Clairon 4’

     

    L'orgue Paul Anneessens de l'église Saint-Martin d'Horrues

    En juin 1969 est officiellement inauguré le nouvel orgue construit par Paul Anneessens de Menin, dans les magnifiques anciens buffets du XVIIIe siècle, avec leurs tourelles, les façades et leurs retours.

     

     

     

    COMPOSITION ACTUELLE DE L'ORGUE

     

    Grand-Orgue (II)

     

    Bourdon 16’ b+d
    Montre 8’
    Bourdon 8’
    Prestant 4’
    Flûte 4’
    Nasard 2’ 2/3
    Doublette 2'
    Flageolet 2’
    Tierce 1' 3/5
    Cornet V
    Foumiture
    Cymbale
    Trompette 8’ b+d
    Clairon 4’ b+d
    Voix humaine 8’

    Positif de dos (I)

     

    Bourdon 8’
    Prestant 4’
    Flûte 4'
    Doublette 2’
    Fourniture
    Cromorne 8’

     

    L'orgue Paul Anneessens de l'église Saint-Martin d'Horrues

    Pédale

     

    Flûte 8’
    Flûte 4’

     

    Accessoires

    (aux mains)

     

    Tremblant
    Tirasse G

     



    L'architecte Simon Brigode, responsable de la restauration de l'église, s'est aussi occupé de la restauration de l'orgue. Il a conçu cette restauration en archéologue, soucieux de restituer un instrument très proche, si possible, de l'instrument ancien. Le facteur d'orgues, en musicologue averti, l'a suivi sur ce terrain. Il a réalisé un vrai chef d'œuvre, mais, seuls les organistes et autres musiciens n'ont pas été consultés, si bien que, par la suite, des contestations surgiront à cause des problèmes posés aux musiciens, notamment en ce qui concerne la composition et le diapason de l'orgue. Il est en effet accordé un ton et demi au-dessus du diapason normal, en mi bémol, ce qui impose à l’organiste une transposition constante quand il accompagne les voix ou les instruments !

     

    Sources :

    Patrice Poliart, organiste titulaire de l'orgue Saint-Martin d'Horrues
    Commune de Soignies
    Jean Van Hecke, ancien organiste d'Horrues - Les orgues de l'église paroissiale Saint-Martin - Les Cahiers du Vieux Maïtre - Ed. prov. 2003.